L’insuffisance cardiaque: une cause de santé publique dans laquelle s’investissent les laboratoires du réseau LaboFrance-BPR

Home/Actualité, Communiqué, LaboFrance, Médecine, Non classé, Référence, Tribune libre/L’insuffisance cardiaque: une cause de santé publique dans laquelle s’investissent les laboratoires du réseau LaboFrance-BPR

L’insuffisance cardiaque: une cause de santé publique dans laquelle s’investissent les laboratoires du réseau LaboFrance-BPR

L’insuffisance cardiaque est définie comme une anomalie structurale ou fonctionnelle du myocarde induisant l’impossibilité pour ce dernier de maintenir une circulation cardio-vasculaire suffisante pour répondre aux besoins métaboliques des différents organes: la pompe du muscle cardiaque n’est plus tout à fait suffisamment efficace.

L’insuffisance cardiaque est une pathologie évolutive chronique (elle peut être aigüe par exemple dans l’infarctus du myocarde ou la rupture de valve, etc.) qui peut être secondaire à de nombreuses étiologies: cardiopathies ischémiques (angor, infarctus….), hypertension, cardiomyopathies, cardiopathies valvulaires, troubles du rythme, etc.

C’est une pathologie fréquente dont l’incidence augmente avec l’âge, qui nécessite un suivi régulier et une prise en charge coordonnée par l’ensemble des maillons de la chaîne de soin, en particulier laboratoires d’analyses, imagerie, généralistes, gérontologues et cardiologues travaillant en étroite coordination.

Sa prévalence est estimée à 1 à 2 % dans les pays développés (environ 1 130 000 personnes en France), et augmente fortement après 75 ans, chez des patients souvent polypathologiques. Par ailleurs, du fait du vieillissement de nos populations, cette prévalence sera en augmentation dans les années à venir.

Les avancées thérapeutiques récentes ont amélioré tant sa prise en charge que le traitement de ses causes.

La clef du traitement efficient étant le diagnostic et le suivi régulier de l’évolution de cette pathologie (critères NYHA, facteurs de risque cardiovasculaire, ECG, FeVG, dosage du BNP ou NT-ProBNP), les laboratoires d’analyses médicales du réseau LaboFrance/BPR et toutes leurs équipes s’engagent ce mois-ci avec leurs partenaires sur une grande campagne nationale d’information et d’accompagnement des patients français, afin de favoriser à la fois la connaissance de la maladie par le grand public, et l’amélioration de son suivi.

Réalisant 70% des diagnostics médicaux chaque jour, les médecins et pharmaciens biologistes médicaux souhaitent continuer de s’engager auprès des patients français dans des actions de prévention en Santé publique. Dans chacun des 1000 laboratoires du réseau et ce pendant un mois, un médecin ou un pharmacien spécialistes seront accessibles gratuitement pour conseiller, informer et guider chacun des patients qui le souhaitent au sujet de cette pathologie.

 

Focus sur le dosage dans le suivi de l’insuffisance cardiaque

Le test BNP ou NT-proBNP aide à diagnostiquer et estimer la sévérité de l’insuffisance cardiaque. La plupart des structures de soin prenant en charge les urgences, et en particulier les urgences de cardiologie ou de pneumologie, effectuent l’un de ces deux tests.
Il existe plusieurs causes d’insuffisance cardiaque. Dans le cas d’une insuffisance cardiaque aigüe, les circonstances du diagnostic rassemblent des symptômes cliniques comme une gêne respiratoire, un essoufflement, de la fatigue et des signes à l’imagerie (Thorax F+P, écho cardiographie). Ces méthodes diagnostiques tentent de différencier l’insuffisance cardiaque d’autres pathologies. Les mesures de BNP ou NT-proBNP permettent d’orienter le diagnostic en faveur de la cause réelle: atteinte cardiaque ou pulmonaire. Un bon diagnostic initial est fondamental car l’insuffisance cardiaque est curable; à l’heure actuelle cependant, elle est encore mal diagnostiquée et insuffisamment traitée.

Dans le cas de l’insuffisance cardiaque chronique, une valeur élevée (corrigée en fonction de l’âge) est corrélée avec la gravité de l’atteinte.

 

 

Sources

 

  1. INVS, 2016, Santé publique France. Maladies cardio-vasculaires. Insuffisance cardiaque.Prévalence.http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-chroniques-et-traumatismes/Maladies-cardio-neuro-vasculaires/L-insuffisance-cardiaque(MAJ 28/10/2016).

  2. Fédération Française de Cardiologie, 4 novembre 2016, compte twitter @sfcardio

  3. Galinier M, Berr M. « L’insuffisance cardiaque en France en 2013 » Concours Médical, 2013 ; 135 ; 443-7

  4. Gabet A, Lamarche-Vadel A, Chin F, Juillière Y, de Peretti C, Olié V. Mortalité due à l’insuffisance cardiaque en France, évolutions 2000-2010. Bull Epidémiol Hebd. 2014;(21-22):386-94.

  5. HAS, 2015, Note méthodologique et de synthèse documentaire Comment organiser la sortie des patients hospitalisés pour insuffisance cardiaque ?http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2015-06/note_methodo_synthese_documentaire_ic_web.pdf (p. 10)

  6. Januzzi JL et al. The N-terminal Pro-BNP investigation of dyspnea in the emergency department (PRIDE) study.Am J Cardiol. 2005 Apr15;95(8):948-54

  7. Association européenne des fabricants de produits diagnostiques (EDMA), 2009.

  8. BPR-AS, compte twitter @bpr_as

About the Author:

Leave A Comment